• Services

Collaboration entre centres sociaux et collectivités pour animer un projet de territoire

Ce thème était au centre d'une rencontre organisée en 2018 par Territoires Conseils et la Fédération des Centres Sociaux et Socioculturels de France. Des actes sont à présent disponibles. Ceux-ci présentent les territoires ruraux et leurs priorités d'aménagement et de développement aujourd'hui ; proposent des apports et des expériences sur les questions de précarité, de l'accès aux droits, de mobilité, avec un focus tout particulier sur les publics des femmes et des jeunes en zone rurale ; avancent des pistes de travail pour favoriser l'animation partagée entre tous les acteurs du territoire.

Lire la suite

La vacance des agences bancaires en France

La croissance continue du nombre d'agences bancaires a pris fin en 2008. Depuis, le processus de fermeture touche aussi bien les banques commerciales que les réseaux mutualistes. L'essor des activités bancaires en ligne et des outils numériques en est souvent tenu responsable ; la fréquentation n'étant plus son principal critère de rentabilité, celui de l'agence bancaire trouve désormais source dans certaines niches d'activités à haute valeur ajoutée (emprunt, actionnariat...), ce qui entraîne une géographie sélective des fermetures. Or ces agences jouent un rôle pour l'activité commerciale d'un centre-ville en fournissant des liquidités aux consommateurs locaux des commerces de proximité. Le suivi et les services bancaires personnalisés apportés par les agences sont souvent indispensables à l'inclusion sociale des populations. Dans un article publié en ligne dans la revue Urbanités, l'urbaniste Pierre Pointecaille détaille les conséquences de fermeture d'agences sur trois terrains : une commune de 4 000 habitants, un quartier prioritaire à Paris, une rue du centre-ville de Nantes. Mais également les actions entreprises par les acteurs publics pour y remédier et gérer ces locaux vacants.

Lire la suite

Tiers-lieux ruraux : des espaces d'accueil, d'échanges et d'expérimentation

Concept et endroit protéiforme répondant à des besoins divers, les initiatives de tiers-lieu en rural font l'objet d'un travail mené par plusieurs associations (Relier, CREFAD, Terre de Liens, l'Arban...). Une première étape de ce projet a eu lieu à l'été 2018, lors d'une rencontre de trois jours intitulée "Tiers-lieux sans but lucratif : des espaces de transformation économique et sociale ?". Transrural initiatives a réalisé un dossier qui "retrace leurs échanges et questionnements, rend compte des pratiques qui ont été documentées et, plus largement, de ce que peuvent être ces tiers-lieux, leurs dynamiques et en quoi ils sont à même de faire émerger de nouveaux communs dans les territoires".

Lire la suite

Intercommunalités bouleversées à la recherche de proximité

Banalisation des EPCI "XXL" pour l'Assemblée des communautés de France (ADCF), "géantes ruralisées" pour La Lettre du Cadre territorial. L'impression de "grandeur" s'accompagne de la crainte d'un certain éloignement, note La Gazette. Si bien que "les nouveaux grands ensembles ne peuvent se contenter des instances traditionnelles" et que les gouvernances doivent être repensées "à travers différentes formes d'orchestration, plus ou moins participatives, ou de nouveaux découpages territoriaux, infracommunautaires". Une option retenue par exemple par Loire Forez Agglomération, qui a découpé son territoire en trois "pôles" pratiquement égaux, chacun divisé en deux secteurs avec élus référents et agents animateurs territoriaux attitrés. D'autres ont inventé un poste de DGA "chargé de la proximité et de la coopération territoriale".

Par ailleurs, l'ADCF classifie à présent les intercommunalités en cinq types : grand urbain (Saint-Étienne, Valence...), relais de croissance régionaux (Bourg-en-Bresse, Chambéry, Roanne...), pôles intermédiaires (Montbrison, Moulins, Vichy, Le Puy-en-Velay, Aurillac, Thonon...), bassins de ville petites villes (Saint-Pourçain-sur-Sioule, Saint-Flour, Issoire...), hyper-rural (Diois, Pays de Tronçais...).

Lire la suite

Territoires ruraux : perceptions et réalités de vie

L'Institut français d'opinion publique (Ifop) a réalisé une étude pour Familles rurales. Cette enquête révèle un décalage de perceptions entre une opinion qui associe d'abord la ruralité à des difficultés socio-économiques (46 % des citations des Français) et des ruraux qui, dans leur quasi-totalité, se disent satisfaits de vivre dans le monde rural et l'associent spontanément à une qualité de vie remarquable (62 % des citations des ruraux). Les ruraux expriment néanmoins un sentiment d’abandon lié à un recul des services publics et à l'origine d'un pessimisme marqué vis-à-vis de l'avenir (56 % des ruraux sont pessimistes au sujet de leur avenir contre 49 % des Français). L'étude révèle par ailleurs une réelle attractivité des territoires ruraux (vivre à la campagne, y créer une entreprise) qui apparaissent en phase avec les aspirations des Français pour une meilleure qualité de vie. Mais cette attractivité est conditionnée par la présence de services de proximité et de solutions de mobilités.

Lire la suite