• Emploi

Nouvel outil pour estimer les emplois créés à travers des politiques de transition écologique à l’échelle d’un territoire

Les évaluations des politiques de transition écologique menées à l’échelle des territoires sont très peu nombreuses et nécessitent un travail conséquent de récolte de données spécifiques au territoire étudié. C’est pourquoi le Réseau Action Climat et l’ADEME ont lancé en janvier 2018 l’outil TÉTE (Transition Écologique - Territoires - Emplois), pour permettre aux collectivités, services déconcentrés de l’État, associations locales, bureaux d’études et autres acteurs locaux d’effectuer une évaluation des emplois qui pourraient être créés pour chaque année d’ici à 2050 à tout type d’échelle territoriale (commune, bassin d’emplois, EPCI, département, région, France) grâce à la mise en place de leur Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET), Schéma Régional de Développement Durable et d’Égalité des Territoires (SRADDET) ou d’autres scénarios énergétiques.

Lire la suite

Chômage : quels territoires profitent le plus de la reprise ?

"Depuis deux ans, l’économie française va mieux et le chômage tend à diminuer. Quels sont les territoires qui en profitent le plus, interroge le Centre d’observation de la société ? Les réussites sont très éparpillées et en tous cas les métropoles ne s’en sortent pas spécialement mieux que les autres parties du territoire."

Lire la suite

Emploi : l'effet d'entraînement des métropoles est peu visible

La surperformance des métropoles en termes de création d’emplois se vérifie-t-elle systématiquement ? Les territoires avoisinants en bénéficient-ils, par effet d’entraînement ? Le CGET et France Stratégie produisent une note d’analyse, qui s'appuie sur une étude du laboratoire Economix de l'université Paris X Nanterre, et met 12 métropoles (dont Lyon et Grenoble) au banc d’essai. "En ce qui concerne les effets d’entraînement, l’étude identifie plusieurs groupes de métropoles", notamment celles qui "partagent leur dynamique d’emploi avec les territoires régionaux avoisinants : c’est le cas de Lyon (...)" ; et celles, c'est le cas de Grenoble, qui "présentent (...) une dynamique d’emploi inversée, plus forte dans les territoires avoisinants qu’au centre."

Lire la suite

Étude de l'Insee : en 30 ans, davantage de cadres et d’employés non qualifiés en Auvergne-Rhône-Alpes

Les mutations économiques et sociales ont transformé la structure de l’emploi. En Auvergne-Rhône-Alpes, la moitié des emplois supplémentaires depuis 1982 sont des emplois de cadres et de professions intellectuelles supérieures. La part des employés non qualifiés s’est également accrue avec le développement du commerce et des services de proximité. À l’inverse, la désindustrialisation et les gains de productivité ont entraîné une forte diminution des emplois d’ouvriers non qualifiés. La progression de l’emploi des cadres se concentre dans les grands pôles urbains régionaux, celle des employés non qualifiés se diffuse partout tandis que la baisse des ouvriers non qualifiés concerne davantage le cœur des pôles urbains.

Lire la suite

La nouvelle géographie de l'emploi

Si nombre d'analystes pointent la métropolisation de l'emploi, la recherche commence à mettre en évidence des tendances plus fines qui nuancent et complètent ce constat. Pourquoi certaines métropoles sont dynamiques et d’autres moins ? Créent-elles toutes le même type d’emplois ? Détruisent-elles forcément les emplois industriels ? Et, en dehors des métropoles, quelles dynamiques de création d’emplois sont à l’œuvre dans les petites villes ou dans la ruralité ? Le magazine en ligne Emploi Parlons Net, de Pôle Emploi, propose un décryptage du sujet.

Lire la suite