• Etudes

Drôme : un dynamisme démographique soutenu et équilibré

La Drôme compte 488 000 habitants en 2011. Relativement peu dense, elle demeure démographiquement dynamique. Sa population augmente sous les effets conjoints du solde naturel et du solde migratoire. Les couronnes des grandes aires urbaines progressent plus vite que les villes-centres. Valence en particulier perd des habitants. La croissance est soutenue autour de Romans-sur-Isère et plus globalement, dans le nord de la Drôme. Le sud de l'axe rhodanien apparaît aussi très attractif. Montélimar et Pierrelatte sont ainsi les deux seules villes de plus de 10 000 habitants qui progressent plus vite que la moyenne départementale. De manière générale, l'espace périurbain tend à se densifier. A noter également : le solde naturel est partout positif hormis dans les communes rurales du sud drômois.

Lire la suite

Ardèche : le sud rural attractif

Département le moins peuplé et le moins dense de Rhône-Alpes, l'Ardèche est toutefois assez dynamique démographiquement. Entre 2006 et 2011, le département a gagné 11 000 habitants, presque exclusivement sous l'effet des migrations. L'Ardèche est donc un département attractif, mais la moyenne d'âge relativement élevée de la population limite l'impact du solde naturel. Cette progression est plus marquée en dehors des pôles urbains. La densité de la population augmente le long de la vallée du Rhône et dans le sud du département, au détriment des villes-centres et du plateau du Vivarais.

Lire la suite

Ain : Un fort dynamisme porté par l'influence grandissante de Genève

L'Ain, cinquième département de la région en nombre d'habitants, connaît l'une des croissances démographiques les plus rapides de France métropolitaine (à l'instar de la Haute-Savoie). Il a gagné 370 00 habitants en cinq ans (2006-2011), l'équivalent de la population de son chef-lieu, Bourg-en-Bresse. Sa croissance s'explique par le desserrement urbain des métropoles de Genève et de Lyon. Le pays de Gex, territoire sous l'influence grandissante de la Suisse (notamment pour l'emploi), illustre bien cette croissance. L'Ain est également le département le plus périurbain de la région (54% de la population), ses habitants vivant dans l'aire urbaine de Lyon, Bourg-en- Bresse et Genève-Annemasse. Si la périurbanisation est à l'oeuvre dans d'autres parties de la Bresse, notamment dans les communes de l'Ain sous l'influence de Mâcon, la périurbanisation semble en revanche ralentir autour de Lyon.

Lire la suite

Etude de l'Insee : Les Monts du Lyonnais, un territoire rural en équilibre entre Lyon et Saint-Étienne

Dans La Lettre Analyses de juillet 2013, l'Insee livre une étude sur les Monts du Lyonnais, territoire situé dans les départements de la Loire et du Rhône, entre les unités urbaines de Lyon, Saint-Étienne et Roanne. Territoire rural où l'économie agricole a encore de l'importance à côté d'un secteur industriel plus récent, orienté vers des activités de pointe, le vivier d'emplois y est important, le chômage relativement faible et les situations de précarité assez peu fréquentes. Ce développement économique interne est depuis peu modifié par l'arrivée de nombreux actifs lyonnais ou ligériens qui tendent à donner un caractère périurbain au territoire. Décryptage de la situation et points de vigilance soulevés par cette étude.

Lire la suite