périurbain

"La périurbanisation offre une revanche aux villages"

Pour comprendre la formule, il faut lire le texte d'Eric Charmes publié le 24 octobre 2017 dans La Vie des idées. Pour le chercheur en sciences sociales appliquées aux questions urbaines et à l'urbanisme, et à contrecourant du discours/diagnostic qui oppose la richesse des villes à la pauvreté des campagnes, "les territoires en crise sont (...) avant tout des cœurs de ville, des territoires très urbains" ; en profitent alors "des campagnes périurbaines qui prennent le pouvoir".

A Besançon, une expérience pour rapprocher l'agriculture et la ville

En 2005, l'association Afip Bourgogne Franche-Comté entraînait la communauté d'agglomération du Grand Besançon, la Chambre d'agriculture du Doubs et un CFPPA dans un projet européen : Solidarités agricole et urbaine pour des gains économiques, environnementaux et en termes d'emploi. Celui-ci visait à diversifier et adapter les activités agricoles en contexte périurbain, relier la demande locale et l'offre de produits agricoles, développer la formation, l'insertion et l'emploi dans les activités agricoles et rapprocher les différents acteurs de l'urbain, du périurbain et de l'agriculture. Un dossier de Transrural Initiatives revient sur cette expérience, décrypte les conséquences de cette dynamique (notamment la création d'un Espace-Test-Agricole) et saisit l'occasion pour questionner la place et le rôle de l'agriculture dans les territoires urbanisés.

Assurer la complémentarité entre ville métropolitaine et périphérie urbaine

"Avec la crise sociale et démocratique que connaît la France, il est devenu courant d'opposer les grands centres urbains et une supposée « France périphérique ». Mais plutôt que de construire de telles oppositions, propose la géographe Cynthia Ghorra-Gobin, il est sans doute temps d'articuler d'un point de vue théorique et pratique la « métropolisation des emplois » et la « périurbanisation de l'habitat », dans le but de réduire les coûts directs et indirects supportés par les ménages modestes". Dans un court article, l'universitaire explore la thématique de l'articulation entre la métropole et sa périphérie à partir d'une analyse comparée entre deux métropoles (Lyon et Minneapolis Saint Paul aux États-Unis). "Il sera question de la reconnaissance de la dimension historique du territoire, de l'impératif d'imaginer une évolution de la morphologie spatiale du périurbain et de la prise de conscience du pouvoir politique de la métropole face aux autres instances décisionnelles." Et la géographe de plaider pour envisager une relation de complémentarité entre la ville-centre, la métropole et les territoires adjacents.

Des actions pour l’avenir des territoires périurbains

C’est ce qu’a annoncé la ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité le 12 novembre 2015, à l’occasion de la rencontre-débat "Vivre et habiter le périurbain, aujourd’hui et demain" organisée par le ministère avec l’appui du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Après les banlieues, avec le NPNRU, le monde rural avec le comité interministériel à la ruralité, c’est au tour du périurbain d’être mis sur le devant de la scène, celui-ci pouvant d’ailleurs recouper les deux premières thématiques. Parmi la série de mesures annoncées : la création d’un "lab du périurbain", plateforme pour recenser, valoriser et diffuser les projets innovants et initiatives remarquables dans ces territoires ; l’organisation d’ateliers territoriaux de l’ingénierie périurbaine dès 2016 afin de faire émerger des projets en mutualisant les initiatives et les savoir-faire des différents acteurs ; l’élaboration de conventions cadres sur le développement et l’innovation avec les principaux acteurs territoriaux ; le lancement d’une mission sur la revitalisation des petits commerces en centres-villes et en centres-bourgs. A noter : si vous souhaitez contribuer aux travaux d’exploration et de réflexion sur les territoires périurbains et leurs habitants que conduisent le ministère et le CGET, un formulaire est en ligne !

Etudes de l’INSEE

Plusieurs études ont été publiées au premier trimestre 2015 dans la collection Insee Analyses Rhône-Alpes :

A lire également : Déménager pour une autre région - Le cadre de vie et l’emploi au cœur du choix des ménages, Insee Première N° 1540 - mars 2015

Exploration du "post-rural"

Plusieurs travaux d'Éric Chauvier concernent des objets urbains (le périurbain, des équipements, les grandes agglomérations...). Interrogé dans la revue Tous urbains sur sa nouvelle publication, La Petite Ville, où l'anthropologue s'intéresse à "un pôle urbain secondaire", l'auteur livre une analyse sur la "manière de gérer, de manager les territoires, comme on le fait dans les entreprises". Il décrit encore "l’effacement de l’urbanité qui se produit dans les petites villes ainsi que le lien avec une certaine forme de frustration, qui creuse le lit des controverses entre métropoles et territoire périphérique". Dans "un contexte de perte de savoir-faire", il regrette que "la valorisation du patrimoine, urbain, naturel ou agricole ne figure pas (...) dans les priorités". Mêlant recherche et intimité, les propos dressent des constats mais également des pistes d'action.

Faucigny, l'Ouest Lyonnais, Avenir Dombes Saône, Avant-pays savoyard-Chartreuse et Isère, Porte des Alpes : des analyses de l'Insee en 2015

Insee Analyses Rhône-Alpes est une publication régulière en ligne proposant des diagnostics et éclairages sur les enjeux de la région et de ses territoires. Plusieurs analyses publiées au premier semestre 2015 portent sur des territoires spécifiques : Faucigny : un territoire relativement jeune où industrie et tourisme soutiennent toujours l'emploi ; L'Ouest Lyonnais : une périurbanisation douce ; Avenir Dombes Saône : un territoire à préserver aux portes de Lyon ; L'Avant-pays savoyard-Chartreuse : préserver les équilibres face à une forte attractivité ; Isère, Porte des Alpes : pôle économique en soi et territoire sous l'influence de Lyon.

Gouvernance et enjeux locaux de la gestion durable du bâti agricole périurbain

La consommation des espaces agricoles par l’urbanisation est l’un des enjeux qui ont conduit l’État à instaurer une politique d’aménagement territorial durable depuis les années 2000. Cette politique remanie le cadre législatif qui préside à la gestion du bâti agricole, révisant notamment le droit pour les agriculteurs de construire leurs logements en zone agricole. Alors que les priorités nationales visent la protection des espaces agricoles, leur mise en œuvre par les collectivités, dans le cadre de la gouvernance territoriale, engendre des interprétations variées de la loi et intègre de nouveaux enjeux. Les politiques locales donnent le jour à des formes diverses et innovantes de gestion du bâti agricole, telles les "hameaux agricoles" développés dans l’Hérault. La mise en œuvre des principes d’aménagement durable soulève ainsi des problématiques inédites de gestion spatiale et sociale du bâti agricole. A lire sur cette question, une analyse du Centre d'études et de prospective du Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt.

L'exode urbain, de la ville à la campagne

Cette étude porte sur le "processus de départ de citadins vers des communes rurales, en général à proximité (périurbanisation) mais souvent en discontinuité (rurbanisation) des zones urbaines".

La France mettra à l'honneur le rural et le péri-urbain à la Biennale de Venise

C'est le projet "Nouvelles Richesses" de Frédéric Bonnet, Grand Prix d'urbanisme 2014 et auteur du rapport "Aménager les territoires ruraux et périurbains" remis cet hiver au gouvernement, qui a remporté le concours pour représenter le projet français retenu pour l'édition 2016 de la Biennale de Venise. "Toutes ces dernières années, quand on parlait d'architecture, il n'était question que des grands projets phares des grandes métropoles : Grande Bibliothèque, Grand Louvre, Grand stade... J'ai voulu cette fois que l'on parle du reste, a déclaré l'architecte, de ces petites opérations bien faites susceptibles de changer la vie, partout, dans les bourgs, les villages, les banlieues et tout ce péri-urbain délaissé." La scénographie du projet "Nouvelles Richesses" sera fondée autour d'expériences réelles de territoires confrontés à l'architecture "ordinaire", au travers de 22 opérations photographiées.

Le Beaujolais, Pays du Bugey, PNR de Chartreuse et des Bauges : quatre nouvelles études de l'Insee

Le gouvernement lance un Lab périurbain

Il s'agit d'une plateforme en ligne lancée en juillet 2016 par le Ministère de l’aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales, portée par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Il "répond à un enjeu de réévaluation et de mise en mouvement des espaces périurbains français fréquemment déconsidérés dans les représentations communes et peu pris en compte par les politiques publiques". Le Lab périurbain envisage ces territoires comme "des lieux potentiels de ressources, d’expression citoyenne et d’invention". En ce sens, la plateforme en ligne se structure autour de quatre entrées principales : mise en valeur de la capacité innovante des territoires et des acteurs ; paroles des habitants ; mise en œuvre concrète de projets de développement et encouragement des liens entre espaces urbains et périurbains ; architecture et urbanisme.

Le gouvernement missionne un architecte pour faire des propositions pour un aménagement des territoires ruraux et périurbains

Dans la suite du Comité interministériel des ruralités du 13 mars 2015, Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, a confié à Frédéric Bonnet, architecte, lauréat du Grand Prix de l’Urbanisme 2014, une mission visant à faire des propositions pour un aménagement des territoires ruraux et périurbains. Celui-ci travaillera avec une équipe sur cinq thématiques : le périurbain, le paysage et la ruralité, les équipements, les documents d’urbanisme, la requalification des centres villes. Il s’agira, précise la lettre de mission, "de dégager les conditions pour que les documents d’urbanisme [SCoT et PLUi notamment] puissent apporter les réponses adaptées à ces enjeux", en termes de projets de territoire, de concertation, d’ingénierie, d’acceptabilité sociale. Les travaux s’appuieront sur des remontées de terrain et des entretiens menés entre septembre et octobre 2015 avec des élus, des professionnels et l’ensemble des parties prenantes. Il s’agira pour chaque thématique de clarifier de rôle de chaque acteur et de proposer des outils pour aider les élus à monter leurs projets (guides thématiques, etc.). Un rapport sera remis à la ministre en novembre sur les propositions formulées par la mission. Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) publie au même moment une synthèse intitulée Aménager les nouvelles ruralités. Quand l’urbanisation des campagnes oblige à les penser et à les développer autrement.

Le logement social dans la société qui vient

"Dans la France qui vient, l'urgence climatique, l'appropriation des technologies numériques, la lutte contre les fractures territoriales et sociales, l'équilibre entre le travail et les activités collaboratives et créatives prendront plus de place encore dans notre quotidien et pour certains dans le débat public. Ils se traduiront par des innovations, notamment dans l'organisation de l'action publique, dans celle de l'activité économique et du monde du travail, comme dans le champ social. Ces changements collectifs auront également une incidence sur la sphère familiale et nos pratiques domestiques qui évoluent parallèlement à l'échelle de l'individu et de ses interactions." Et dans ce contexte, que décryptent dans un ouvrage l'économiste Laurent Davezies, le démographe et historien Hervé Le Bras, le géographe Jean-Pierre Lévy, le sociologue Jean Viard et d'autres chercheurs, le rôle du logement social est questionné. A lire dans un rapport remis au 80e Congrès de l'Union sociale pour l'habitat, qui s'est tenu du 24 au 26 septembre 2019.

Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités

Géoconfluences - publication en ligne proposée par la Direction générale de l'enseignement scolaire (Dgesco) et par l'École Normale Supérieure (ENS) de Lyon - a livré en avril 2018 une série d'articles scientifiques sur le rural et le périurbain. On y trouve notamment une lecture critique des référentiels statistiques pour le classement des espaces ruraux, des définitions des concepts de périurbain et de périurbanisation, des zooms sur la gentrification rurale, le lotissement, l'habitat informel ou encore la recomposition de l’offre commerciale.

Les friches, un levier sous-estimé pour développer l'agriculture périurbaine

En novembre 2017, la 10ème publication de l'Observatoire des espaces agricoles et naturels analyse les freins et les leviers pour les démarches de reconquête d'espaces agricoles et présente un outil cartographique pour accompagner les territoires dans l'inventaire de leurs friches. Elle s'adresse aux collectivités locales et aux acteurs concernés par la remobilisation d’espaces pour l’agriculture.

Les potentiels oubliés du rural français

Définies comme des territoires non urbains, "les campagnes françaises sont depuis longtemps définies « en creux »", si bien qu'"on finit alors par ignorer toute réalité rurale", écrit le chercheur Laurent Rieutort. Dans un article publié dans Population & Avenir, il examine une grille de densité de l'Insee inspirée de la statistique européenne d'Eurostat qui permet de "mieux appréhender la place et le rôle des territoires peu denses dans les dynamiques de développement territorial français... jusqu'à nuancer une vision étroite du fait métropolitain". Sous le titre "La ruralité en France : des potentiels oubliés", le géographe pointent les atouts du rural et distinguent notamment trois types de développement pour ces territoires.

Les territoires ruraux et périurbains dans les Pactes État-métropoles

"Véritables moteurs de croissance, les métropoles ont des responsabilités vis-à-vis des territoires proches, et ce dans un cadre institutionnel renouvelé." Ainsi se présente le Pacte État-métropoles de l'été 2016, nouvelle étape de la réforme territoriale. Depuis lors, et à la date du 31 janvier 2017, six pactes métropolitains d'innovation ont été signés sur les 15 prévus. Chacun d'eux comporte également un contrat de coopération métropolitain entre la métropole et les territoires limitrophes, qu’ils soient ruraux comme périurbains. L'idée est de favoriser une "alliance des territoires" urbain-rural, sur le principe des "contrats de réciprocité" par ailleurs en cours d'expérimentation.

Lyon, espaces et échelles d'une métropole européenne

Géoconfluences entame la constitution d'un dossier sur la métropole par trois articles : "Un gouvernement métropolitain de la relégation urbaine ? Politiques intercommunales de transport et banlieue populaire, l'exemple de Vaulx-en-Velin" ; "Aux frontières de la métropole lyonnaise : des espaces périurbains à géométrie variable" ; "Aménager la ville par le jardinage : la végétalisation participative de Lyon". Une riche bibliographie accompagne ce dossier, proposant des ressources sur : "La métropolisation, ses mécanismes, ses effets", les "Mobilités et transports", "Espaces périurbains : périurbanisation, étalement, nouvelles centralités", "Pauvreté, inégalités sociales, ségrégation, gentrification et politique de la ville", "Environnement, nature en ville", et "Intercommunalité, gouvernance, démocratie locale".