tourisme

"Bienvenue à Arvieu, un village pour créer votre vie grandeur nature"

Tels sont les mots inscrits sur la bannière du site Internet de la commune (850 habitants, dans l’Aveyron). Avec en sous-titres : "Habitez à la campagne à prix accessible", "Participez à la vie du village", "Créez, déplacez, trouvez un emploi à proximité". Une vitrine sur Internet qui va dans le sens d’un article consacré par La Vie à ce village et intitulé "Dans l'Aveyron, un village renaît grâce au numérique". On y découvre comment élus et citoyens ont développé le projet "Arvieu 2020", dont le but est la création d’emplois et de services locaux pour attirer de jeunes professionnels et leurs familles afin d'enrayer l'érosion démographique et le vieillissement de la population. Deux chantiers principaux sont menés : la diversification de l'offre d'hébergement (gîtes, hôtels, camping, colocations, auberge digitale) et l'intégration des nouvelles technologies dans le développement local.

"Greeters" : le tourisme participatif gagne le rural

Les "greeters" (en français : hôtes) sont des bénévoles qui accueillent gratuitement de très petits groupes de touristes pour une rencontre "authentique" lors d'une balade. Ils montrent et parlent de façon insolite, originale et personnelle de "leur" coin, "leur" quartier, "leur" ville, dont ils sont fiers et passionnés. C'est une forme de tourisme participatif. Après avoir été popularisé en ville, le concept se développe dans d'autres types de territoires, notamment ruraux. Depuis l'hiver 2015, rapporte Transrural, il est mis en place par deux volontaires en service civique en Ille-et-Vilaine qui expliquent avoir "choisi ce projet afin de valoriser le territoire et ses habitants, dans une optique de développement local". Après explication du projet en porte-à-porte et lors de réunions, des visites avec des "greeters" seront montées dans certaines petites communes dès l'été 2016, avec réservation possible sur place ou sur le site de l'office de tourisme. Transrural explique l'intérêt de la démarche, la perception positive de l'office de tourisme local à son égard, ainsi que les itinéraires proposés.

12 projets innovants dans les PNR

En 2011, le Ministère de l'Écologie et la DATAR ont lancé un appel à projets auprès des Parcs naturels régionaux autour de trois thématiques : la construction des solidarités écologiques entre les territoires, l'innovation des Parcs pour maîtriser quantitativement et qualitativement l'urbanisation et les outils à développer pour anticiper la mutation des territoires ruraux. Les douze projets lauréats sont aujourd'hui achevés. Retrouvez ci-dessous 12 fiches explicitant chaque projet, sa dimension d'innovation, des conseils, informations et contacts. La Fédération des Parcs, qui a été chargée d'assurer le suivi, l'accompagnement et la valorisation de cet appel à projets, a organisé une restitution nationale le 9 juillet 2014 avec une présentation générale, le bilan et les perspectives de ces projets.

18 balades à énigmes pour découvrir le patrimoine dans l'Allier

Depuis le 5 mai 2018, PÉPIT emmène sur les chemins du Bourbonnais à la découverte des trésors patrimoniaux. Sur le principe du géocaching, PÉPIT se joue grâce à une application mobile gratuite. Un outil de sensibilisation du public à la connaissance du territoire, développé par le CAUE de l’Allier.

20 propositions pour mettre fin aux fractures territoriales

The Village-Changer le monde est un évènement annuel qui réunit pendant deux jours "décideurs etchange makers nationaux et internationaux" dans la Résidence Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), un lieu piloté notamment par la Région Occitanie depuis l'été 2019 et présenté comme une "villa Médicis de la ruralité (...) dédiée à l'accompagnement de startups au service du monde rural". De son côté, The Village-Changer le monde a pour objectif de "préfigurer un futur meilleur, inclusif et responsable ; proposer des solutions qui, de la ruralité à l'urbanité, de l'individu au collaboratif, révèlent un monde glocal dans lequel l'innovation positive met le citoyen au cœur des enjeux." Lors de sa troisième édition (août 2019), vingt propositions prenant en compte le rural ont été avancées à l'attention des maires de France en vue des prochaines élections municipales de 2020.

Airbnb et le Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine signent une convention afin de développer le tourisme rural dans la "Nouvelle-Aquitaine de l'intérieur"

Airbnb et le CRT ont annoncé le 27 mars 2019 la signature d'une convention "pour l'observation des flux touristiques et la valorisation d'un tourisme de pleine nature authentique et durable, au bénéfice des territoires ruraux", en l'occurrence l'ancienne région Limousin. Si les grandes villes touristiques - à commencer par Paris - sont en conflit ouvert avec les plateformes de location touristique comme Airbnb, il n'en va pas de même avec les autres niveaux de collectivités : après les départements et l'Association des maires ruraux de France, c'est au tour des régions de commencer à signer des conventions de partenariat avec Airbnb.

Ardèche : un nouveau fonds départemental pour la restauration du patrimoine rural associé à du financement participatif

Le Conseil départemental de l'Ardèche vient de mettre en place un fonds dédié à la sauvegarde du patrimoine rural emblématique public et privé, non protégé au titre des Monuments historiques. Ce dernier sera alimenté en partie par la redevance versée par l’exploitant de La Caverne du Pont d’Arc. Il servira à financer la restauration d'édifices et sites divers qui participent à l'identité du département (patrimoine en pierre sèche, hydraulique, industriel ou ferme traditionnelle). A noter que ce fonds s'articule avec du crowdfunding : les porteurs de projets sont invités à utiliser les plateformes de crowdfunding pour mobiliser les habitants de leur territoire, car l’intervention financière du Département sera conditionnée à l’adhésion d’une communauté d’habitants au projet de restauration.

Auvergne Rhône‐Alpes s'engage dans un "tourisme bienveillant"

"Si notre ambition, « être dans le top 5 des destinations européennes d'ici 5 ans » est inchangée, nous souhaitons construire une vision en faveur d'un tourisme bienveillant prenant en compte les nouveaux enjeux sociétaux et environnementaux et non plus seulement économiques", déclare le Président d'Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, sur un nouveau site du Comité Régional du Tourisme. Cinq leviers d'intervention sont mis en avant : un manifeste pour un tourisme bienveillant (à télécharger), un fonds de dotation (autour d'enjeux d'intérêt général tels que l'aide au départ de publics socialement éloignés du tourisme, la sensibilisation à l'environnement, l'accessibilité aux publics handicapés, le financement d'études scientifiques…), la formation à distance, une nouvelle plateforme pour l'emploi, des ambassadeurs de destinations touristiques.

Auvergne-Rhône-Alpes : bilan de l'économie régionale en 2017

Fruit de la collaboration avec la DIRECCTE, la DREAL, la DRAAF, la Cellule Économique Régionale de la Construction et la Banque de France, l'Insee a publié le 31 mai 2018 un bilan économique de la région constitué de neuf fiches thématiques sur : l'emploi, le chômage, la construction, les transports, le tourisme, le crédit, l’énergie et le climat mais aussi la démographie des entreprises et la conjoncture agricole. L’année 2017 est marquée par un dynamisme dans la plupart des secteurs. L’emploi salarié connaît une croissance soutenue et le chômage poursuit son recul. Les créations d'entreprises s’accélèrent, notamment grâce aux micro-entrepreneurs. Les secteurs de la construction et des transports confirment leur reprise. La fréquentation touristique de la région atteint un niveau record. En revanche, le bilan est plus mitigé pour l’agriculture.

Auvergne-Rhône-Alpes : bilan économique 2018

"Même si tous les stigmates de la crise de 2008 ne sont pas encore totalement effacés", en 2018 "l'économie poursuit sa dynamique en Auvergne-Rhône-Alpes, sur la lancée de l'année précédente." L'Insee avec la contribution de plusieurs services de l'État (DIRECCTE, DREAL, DRAAF, CERC Auvergne-Rhône-Alpes) et de la Banque de France publie comme chaque année le bilan économique de la région. "L'emploi salarié continue de croître et le chômage poursuit son recul. Les créations d'entreprises atteignent un nouveau record et concernent tous les secteurs (...). La fréquentation touristique de la région reste très élevée (...)." Mais "l'année 2018 a cependant été plus mitigée dans les secteurs agricole et de la construction".

Auvergne-Rhône-Alpes : croissance des emplois liés au tourisme

"La forte augmentation du nombre d'emplois dans les activités caractéristiques du tourisme depuis 2011 et les perspectives de recrutement à venir attestent du dynamisme de ce secteur d'activité en Auvergne-Rhône-Alpes", indique Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme qui détaille ces chiffres.

Auvergne-Rhône-Alpes : les chiffres clés du tourisme en 2018

Offre, fréquentation, emploi, investissements, positionnement de la région par rapport aux autres régions européennes… Le tour de la question en quelques chiffres clés, avec des focus sur cinq thématiques : itinérance, pleine nature, montagne, bien-être/thermalisme et art de vivre (œnotourisme, gastronomie et culture).

Avec les "Greeters", une nouvelle offre de tourisme dans le "Nouveau Rhône"

Portage institutionnel et déclinaison rurale du concept des "Greeters" font l’intérêt de cette formule mise en place à l'été 2017 dans le Nouveau Rhône, un département au nouveau visage puisqu'il ne regroupe, depuis le 1er janvier 2015, que les territoires extérieurs à la métropole de Lyon, devenant ainsi un "territoire rural ceignant la métropole lyonnaise". Le principe de l'offre touristique : des offres de balades avec des habitants passionnés de leur territoire. Un article de Territoires Conseils explique ce dispositif.

Basée à la Chapelle-aux-Pots (1600 habitants), un pôle d'insertion crée 145 emplois temps plein

La Maison de l'Économie Solidaire du Pays de Bray (Oise), Pôle Territorial de Coopération Économique depuis 2014, a pour objectif "de créer et développer de l’activité économique et de la rendre accessible aux publics prioritaires". Elle regroupe une association intermédiaire, une SARL espaces verts, un organisme de formation, une association de services à la personne, une association de gestion des déchets, une association d'éco-construction. Et offre quelque 300 emplois à des personnes sans qualification initiale. Le Centre ressource du développement durable (CERDD) raconte comment son président, par la création d'une succession de structures aux formes juridiques différentes (association, SARL... jusqu'à la SCIC actuelle) a su développer une offre d'insertion depuis 1989 en faisant un "développement local qu'on peut définir comme empirique" et en formalisant "un écosystème d'acteurs pertinent pour répondre au développement du territoire".

Capter le tourisme d'affaires

Le tourisme d'affaires est parfois un poste important d'investissement pour les collectivités qui misent sur des retombées économiques conséquentes, car ces touristes dépensent en moyenne 2,5 fois plus qu'un touriste familial, d'autant qu'il est possible de "convertir" ces touristes d'affaires en touristes classiques en leur proposant sur place une offre complète (cinéma, musée, etc.). Les métropoles régionalescomme les villes de taille moyenne s'organisent pour capter des évènements professionnels à leur mesure en développant leurs propres infrastructures, rapporte La Gazette dans un article sur le sujet. Citant plusieurs exemples, l'hebdomadaire propose un  focus sur le nouvel espace de congrès de Mende (11 900 habitants) en Lozère, un projet finalisé en 2015 qui vise notamment à faire travailler les professionnels de la ville en dehors de la saison estivale. Éloigné de tout aéroport et sans liaison TGV, ce lieu vise une demande régionale ou une clientèle souhaitant "se déconnecter". Quoi qu'il en soit : gare aux projets faramineux ! Une étude de marché préalable sur l'attractivité réelle de la destination est indispensable. 

Centre France : des difficultés et des atouts propres aux territoires essentiellement ruraux

"Située aux confins des régions Auvergne-Rhône-Alpes [Allier], Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine, une partie du centre de la France présente des caractéristiques particulières" annonce l'Insee dans une étude publiée fin 2018 sur ce périmètre dit "Centre-Est" portant à la fois sur l'organisation du territoire, la démographie, le logement, l'emploi, le chômage, l'agriculture, l'ESS, le tourisme... "Composés majoritairement d'espaces ruraux, ils sont dépourvus de métropole, leurs villes étant de taille moyenne ou petite. Au cours des trente dernières années, ce territoire a dû faire face à la fois à un déclin démographique et à des pertes d'emplois. Cette étude doit permettre d'identifier les atouts et capacités de rebond de chaque territoire."

Comment un bureau d'information touristique est devenu un tiers-lieu multiservices

Ouverte à l'été 2018, La Halle de Clairac (2 600 habitants, Lot-et-Garonne) dispose désormais d'un bureau d'information touristique, d'un café associatif, d'un espace détente, d'un autre d'animation et d'une conciergerie de village. Récit d'un projet qui accueille des habitants, des touristes, des professionnels ou agents commerciaux de passage...

Commerces, pas-de-porte pour artistes, logements... : la mairie fait du locatif

Pour lutter contre la désertification, la commune de Marcolès (583 habitants, Cantal) s'appuie depuis 20 ans sur trois axes : l'amélioration des espaces publics, le développement du bâti résidentiel, avec des logements locatifs pour les jeunes et les personnes âgées, et le développement de l'immobilier à très petits loyers. La commune a ainsi racheté et mis en location des biens sans maître, aussi bien pour du logement que pour des commerces. Aujourd'hui, les loyers rapportent de l'argent à la mairie, un restaurant gastronomique s'est installé... Le Courrier des Maires détaille l'action de la commune.

Coopération transfrontalière : expériences, boîte à outils, défis

Pour son 20ème anniversaire, la Mission Opérationnelle Transfrontalière (MOT) a publié une brochure qui dresse un bilan et des perspectives pour son action et, plus largement, pour la coopération transfrontalière en Europe. Elle présente des expériences (santé, emploi, développement économique, mobilité, tourisme, culture, énergie...) qui "sont autant de bonnes pratiques transférables sur d’autres frontières", une "boîte à outils du transfrontalier", ainsi que "des réponses politiques aux niveaux local, régional, national et européen pour faire face aux défis de la coopération".

Coopérations urbain/rural : un 4e contrat de réciprocité signé

Ce type de contrats avait émergé lors des Assises de la ruralité (2014). Trois contrats se sont concrétisés : entre la métropole de Toulouse et les portes de Gascogne, entre Brest et le pays Centre Ouest Bretagne, entre la communauté de communes Monts de Lacaune et Montpellier-Méditerranée Métropole. Le 10 avril 2019, un nouveau contrat de réciprocité a été signé entre Nantes Métropole et le Pays de Retz sur quatre thèmes de travail : les mobilités, l'alimentation, le développement économique et le tourisme.