population

"Aide-toi, la collectivité t'aidera", le nouveau mantra des communes en transition

Titre d'un article de La Lettre du cadre, qui rapporte que "pour préparer leurs concitoyens à un monde imprévisible, des communes ont quasi institutionnalisé le principe de « faire » avec les habitants." Les administrés s'impliquent alors au service de l'intérêt général et deviennent de "véritables partenaires des services publics". "Ce qui ne coule pas de source, rappelle le magazine. Pas plus que ne va de soi le fait que les agents travaillent main dans la main avec leurs administrés". La Lettre du cadre propose un zoom sur ces expériences de nouvelles formes de gouvernance, à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), Eybens (Isère) et en Italie.

"Jeunes des villes, jeunes des champs : la lutte des classes n'est pas finie"

Titre d'une note de la Fondation Jean-Jaurès et de l'association Chemins d'avenirs s'appuyant sur une enquête Ifop auprès des 17-23 ans sur leurs choix d'orientation et leur rapport à l'avenir. Les auteurs expliquent en préambule que, dans la "France des villes moyennes et des petites villes" lors de la crise des "gilets jaunes", "une catégorie de la population est néanmoins restée silencieuse et n'a pas pris part au mouvement de manière massive : les jeunes des territoires, qui se heurtent pourtant à des obstacles propres à leurs situations géographiques. Ces obstacles, on les retrouve dans leur rapport à l'avenir, dans les ressources dont ils peuvent bénéficier pour s'orienter et dans la façon dont ils se projettent et construisent ce que sera le début du reste de leur vie."

Appel à projets : faire ensemble avec nos différences

Pour associations à but non lucratif et structures d’intérêt général ayant au moins deux ans d’existence - appel à projets permanent

Dans le cadre de cet appel à projets, la Fondation SNCF choisit de soutenir des actions inter-associatives (toute action doit être coconstruite et pilotée par au moins trois associations) qui permettent aux citoyens qui ne se côtoient pas habituellement ou se connaissent mal de se rencontrer et de partager des activités communes. L’objectif est de leur permettre de s’ouvrir aux autres, s’enrichir des différences, partager pour aller au-delà des idées reçues et aussi trouver leur place dans la société. Au-delà de la rencontre, la notion de "faire ensemble" est fondamentale, car l’action commune favorise le partage et l’enrichissement mutuel. Les projets peuvent par exemple associer deux générations ou plus, un public en situation de handicap et un public valide, des personnes de cultures différentes, favoriser la mixité... Enjeux de cette démarche : la co-construction associative qui multiplie les angles d’attaque, conforte la pertinence des actions, et qui par la mutualisation des ressources et des énergies optimise l’impact et fait bouger les lignes ;  le partage des "différences" dans l’action et la mise en œuvre de réalisations communes.

Appel à projets : soutenir l'engagement citoyen auprès des exilés

Pour associations - avant le 17 décembre 2019

Deux axes distincts pour répondre à cet appel à projets de la Fondation de France : accompagnement global des personnes situées dans des zones rurales ou des villes de moins de 150 000 habitants ; formation et accompagnement des bénévoles associatifs agissant auprès des personnes migrantes. La fondation apportera son soutien sous forme d'une subvention annuelle ou pluriannuelle (2 ou 3 ans).

Après 10 ans, l'épicerie associative d'un village est parvenue à l'équilibre

En 2007, en réaction à la fermeture d'un commerce de proximité, les habitants de Rablay-sur-Layon (789 habitants, Maine-et-Loire) ont réfléchi "à un lieu de rencontre où consommer différemment deviendrait possible", rapporte Maires de France. La création d'une association pour porter le projet a suivi. Et la mairie, associée au projet, a accepté de louer des bâtiments à titre gracieux. 13 000 € sont levés par souscription populaire, ce qui a permis d'ouvrir l'épicerie en 2008. Aujourd'hui, ce sont quatre salariés, un chiffre d'affaire qui s'établit à 500 000 € par an et un lieu qui est devenu "le véritable poumon du village".

Atlas sur la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes : tome 2

Le réseau des quatre agences d’urbanisme de la région Auvergne Rhône-Alpes et la direction régionale de l’Insee ont publié, avec le soutien de la préfecture de région, le deuxième volet d’un atlas qui s’attache à décrire les  caractéristiques et les dynamiques de la nouvelle entité régionale. Le premier tome, paru fin 2015, s’intéressait à l’identité du territoire, sa démographie et son appareil productif. Les 16 fiches de ce deuxième tome couvrent trois grands domaines : l’environnement, les caractéristiques socio-économiques et les conditions de vie des habitants de la région. Composées de cartes, de commentaires et de tableaux, elles sont complétées par des zooms sur les principales aires urbaines de la région (Lyon, Saint-Étienne, Grenoble, Clermont-Ferrand et le Genevois français).

Attractivité des territoires : où est le bien vivre ?

Pour l'enseignante-chercheuse en économie Fiona Ottaviani "l'attractivité, telle que le concept est actuellement compris, reflète mal la capacité à donner à chacun la possibilité de bien vivre dans une ville ou sur un territoire. La plupart du temps, l'attractivité est vue au travers du prisme de l'économie dans son sens le plus frustre (...). On va donc considérer qu'un territoire se porte bien à partir du moment où il est capable d'attirer et de retenir un certain nombre de capitaux ou certaines populations (...). Ce faisant, on s'éloigne pourtant de la conception d'une ville ou d'un territoire souhaitable où tous les habitants se sentent bien et pourraient se réaliser. C'est ce constat-là qui nous amène à nous poser la question des indicateurs alternatifs." Dans un article en ligne, l'universitaire indique que "si les indicateurs alternatifs peuvent servir à éclairer des zones d'ombre de l'observation territoriale, ils peuvent surtout participer de la construction d'une autre vision du monde commun."

Auvergne-Rhône-Alpes : bilan économique 2018

"Même si tous les stigmates de la crise de 2008 ne sont pas encore totalement effacés", en 2018 "l'économie poursuit sa dynamique en Auvergne-Rhône-Alpes, sur la lancée de l'année précédente." L'Insee avec la contribution de plusieurs services de l'État (DIRECCTE, DREAL, DRAAF, CERC Auvergne-Rhône-Alpes) et de la Banque de France publie comme chaque année le bilan économique de la région. "L'emploi salarié continue de croître et le chômage poursuit son recul. Les créations d'entreprises atteignent un nouveau record et concernent tous les secteurs (...). La fréquentation touristique de la région reste très élevée (...)." Mais "l'année 2018 a cependant été plus mitigée dans les secteurs agricole et de la construction".

Auvergne-Rhône-Alpes : les inégalités hommes-femmes se creusent tout au long du parcours professionnel

"Alors que 65 % des hommes de 15 à 64 ans sont en emploi à temps plein, seules 43 % des femmes le sont, analyse l'Insee pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. L'emploi à temps partiel et l'inactivité expliquent cet écart, qui s’accroît à mesure que des enfants arrivent au foyer." L'institut remarque également que "les femmes occupent plus souvent un emploi dont le niveau de qualification est inférieur à leur niveau de diplôme" et que "l’écart de rémunération entre femmes et hommes est plus élevé dans la région qu’en France."

Auvergne-Rhône-Alpes : portraits sociaux départementaux

Ces portraits ont été publiés début 2018 par la Plate-forme de l'observation sanitaire et sociale Auvergne-Rhône-Alpes. En quatre pages, ils proposent une approche synthétique de la précarité pour chaque département. Ils ont été réalisés à partir des données issues du tableau de bord social, lui-même actualisé avec les données de 2015 et téléchargeable sous format Excel.

Auvergne-Rhône-Alpes dépasse les huit millions d’habitants au 1er janvier 2018

Dans une publication de mai 2018, l'Insee rapporte que la région a gagné "159 400 habitants supplémentaires entre 2015 et 2018", devenant, "avec l’Île-de-France, celle qui a accueilli le plus de population ces trois dernières années". L'Insee pointe "quatre départements [qui] tirent la croissance de population", à savoir la Haute-Savoie, l’Ain, l’Isère et le Rhône, et "deux départements en retrait", soit l'Allier et le Cantal qui voient leur population diminuer. Et si "la Drôme présente une croissance plus rapide que la moyenne régionale (...), dans les territoires ruraux éloignés des pôles, la population est plutôt en stagnation voire en baisse. Ainsi, la croissance du Puy-de-Dôme se concentre en périphérie de Clermont-Ferrand, en lien avec l'étalement de l'agglomération. Celle de la Haute-Loire est liée à la périurbanisation de Saint-Étienne et, dans une moindre mesure, du Puy-en-Velay."

Cadre diplômé de l'enseignement supérieur vivant en ville...

"Plus de diplômés, plus d'inégalités territoriales", interroge Population & Avenir dans un dossier spécial ? Rappelant que la France possède un Commissariat général à l'égalité des territoires depuis mars 2014, le magazine constate que territoire et égalité "ne font pas toujours bon ménage". Si l'Etat a choisi d'assurer de meilleures chances d'accès à l'enseignement supérieur, le nombre d'étudiants a augmenté partout en France, mais pas les emplois de cadres. Et la concentration importante des emplois de cadre dans un nombre réduit de métropoles a accentué ce décalage.

Cahiers thématiques : accueil parents enfants en Massif central

Le projet Apemac 2020 a eu pour objectifs de : développer l'offre d'accueil des enfants dans les zones déficitaires et l'adapter, la renforcer, la qualifier face aux nouveaux besoins des familles ; mettre en place des actions d'animation du lien social et d'interconnaissance entre les familles, les habitants qu'ils soient nouvellement arrivés ou installés plus anciennement ; communiquer et capitaliser sur les actions engagées pour accompagner le transfert des démarches, outils et expérimentations entre les territoires, les départements, les régions. La publication de cahiers thématiques en 2018 vient clore ce projet, relatant les actions qui concourent à l'accueil et à l'attractivité dans une démarche intégrée de développement local.

Centre France : des difficultés et des atouts propres aux territoires essentiellement ruraux

"Située aux confins des régions Auvergne-Rhône-Alpes [Allier], Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine, une partie du centre de la France présente des caractéristiques particulières" annonce l'Insee dans une étude publiée fin 2018 sur ce périmètre dit "Centre-Est" portant à la fois sur l'organisation du territoire, la démographie, le logement, l'emploi, le chômage, l'agriculture, l'ESS, le tourisme... "Composés majoritairement d'espaces ruraux, ils sont dépourvus de métropole, leurs villes étant de taille moyenne ou petite. Au cours des trente dernières années, ce territoire a dû faire face à la fois à un déclin démographique et à des pertes d'emplois. Cette étude doit permettre d'identifier les atouts et capacités de rebond de chaque territoire."

Démocratie locale : Saillans raconté par deux voix

Interview de Vincent Beillard et Joachim Hirschler, respectivement maire et adjoint de la commune de Saillans. Trois ans après leur élection à la tête d'une liste collégiale, ils racontent au magazine Ouishare la genèse et l'histoire de cette élection, le fonctionnement en groupe, les thèmes travaillés, la recherche de consensus... sans faire l'économie des difficultés (ex. : burn out pour tous) ou des échecs (ex. : non mobilisation des jeunes).

Démographie en Auvergne-Rhône-Alpes

L'Insee a publié deux documents fin 2018 sur la région : La croissance démographique reste soutenue, grâce au dynamisme des grandes aires urbaines et Un tiers de la population habite dans une des quatre métropoles.

Des leviers pour innover dans les territoires de faible densité

90% des intercommunalités peuvent être considérées comme des "territoires de faible densité" au regard de l’innovation (en termes d'emplois en conception et en recherche). Pour autant, ces territoires peuvent constituer des "laboratoires" d’innovation. Dix leviers favorisant l’innovation dans ces territoires ont été identifiés dans une étude commandée par le CGET. De natures différentes, leur mise en œuvre est variable d’un territoire à l’autre. S’ils ne constituent pas "la recette" à appliquer à tous ces territoires, ils ont cependant été systématiquement cités par l’ensemble des acteurs interrogés comme des facteurs déterminants pour le succès de leur stratégie d’innovation. Ces dix leviers propices à l’innovation dans les territoires de faible densité sont à examiner pour questionner les potentiels de son territoire de travail. Pour vous donner envie : le levier n°4 stipule que "l’accès à des compétences en ingénierie - à la fois technique, financière ou de gestion de projet - est indispensable pour accompagner les porteurs dans le développement de leur projet" ! Le document présente également une typologie des territoires innovants illustrée par trois expériences.

Des statistiques sur Auvergne-Rhône-Alpes

Publié par la Direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS) Auvergne-Rhône-Alpes, on y trouve des chiffres et statistiques - niveau régional et par département - sur notamment : population, politique de la ville, immigration, pauvreté - précarité - exclusion, handicap - dépendance, logement - hébergement, jeunesse, sport.

Deuxième conférence nationale des territoires

Elle s'est tenue le 14 décembre 2017. Le Gouvernement a détaillé à cette occasion plusieurs mesures, notamment sur le déploiement du haut-débit sur le territoire, sur la revitalisation des centres-villes (villes moyennes) avec le plan "Action cœur de ville", sur le droit à l'erreur et le droit à l'expérimentation. Un projet de "baromètre de la cohésion des territoires" a également été présenté, établi autour de six enjeux (réduction des inégalités, développement soutenable, qualité de vie, capacité de développement, capital social et coopération entre les territoires), qui doit servir à avoir une compréhension partagée des enjeux et permettre de déclencher des actions.