méthodologie

"Code source" des territoires de la transition

S'il n'y a pas de recette miracle, "il y a des ingrédients, des balises [des invariants], une façon de regarder la Transition au travers d'un ensemble de concepts opérationnels ; des méthodes, des dispositifs qui ont fait ressource ailleurs, et qui peuvent servir de point d'appui. Il y a également des enjeux auxquels chacun va se confronter" (ex : créer et faire durer l'engagement des acteurs, coopérer, réussir à intégrer différents chantiers pour aller vers une action plus systémique...). Loos-en-Gohelle (ville pionnière) et ATEMIS (laboratoire d'intervention et de recherche) ont posé un premier cadre de référence. Trois autres villes (Malaunay, Le Mené, Grande-Synthe) les ont rejoint en 2018-2019 pour un "Atelier Villes Pairs, Territoires pilotes de la Transition" et participer au transfert et à l'enrichissement d'un référentiel, réunissant élus, DGS et "certains membres des services" de collectivités, entrepreneurs ou acteurs engagés du territoire. Il en résulte deux publications clés, dont un référentiel constitué de concepts opérationnels adossés à des méthodologies d'actions.

Fiche pratique pour réussir une co-animation

La co-animation présente de nombreux avantages pour les animateurs comme pour les participants à la réunion, encore faut-il bien définir le rôle de chaque animateur. Le Centre d’Évaluation, de Documentation et d’Innovation Pédagogiques (CEDIP), service à compétence nationale rattaché au Secrétariat Général (DRH) commun au ministère du Logement et de l’Égalité des Territoires, et au ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, a publié en avril 2015 une fiche sur la co-animation, dans le cadre de réunions dites « en présentiel », c'est-à-dire lorsque les animateurs et le groupe de participants à la séance sont ensemble dans la même salle. Pourquoi une co-animation ? Qu’est-ce qu’une co-animation ? Quels en sont les avantages ? Quels sont les principaux écueils et comment les éviter ? Telles sont les questions auxquelles s’attache à répondre ce document.

Guide : mener une analyse économique et financière des projets de territoire pour la gestion de l'eau (PTGE) à composante agricole

En mai 2019, le Gouvernement annonçait la généralisation de la méthode des PTGE, une démarche qui entend impliquer l'ensemble des acteurs de l'eau d'un territoire (usagers, collectivités, associations, services de l'État…) dans la co-construction d'un projet durable de gestion des ressources. Parmi les méthodes d'aide à la décision, les analyses économiques et financières peuvent apporter des éléments concrets, c'est en ce sens que l'Irstea, le Cirad et Agence de l'Eau Adour-Garonne ont produit un guide pour accompagner les porteurs de projet et les experts, bureaux d'études et autres maître d'œuvre qui travaillent avec eux.

Guide méthodologique des projets culturels de territoire

Les agences culturelles Mayenne Culture et Grand Est se sont associées pour proposer en avril 2018 une adaptation de l’e-book des projets culturels de territoire, réalisé dans sa première version en Alsace. Ce guide est destiné aux équipes des collectivités, et plus particulièrement des intercommunalités, qui souhaitent s’engager dans la (re-)définition et la mise en œuvre d’une politique culturelle sur leur territoire, ainsi qu’aux acteurs susceptibles de participer à ces démarches. Il propose repères, exemples et outils pour qu’agents, élus et acteurs culturels puissent adapter la démarche au territoire sur lequel ils exercent leur mission et mandat. Il s’appuie sur des guides, des expériences similaires, des pratiques de terrain.

La construction d'offres d'activités a-t-elle à apprendre des nouvelles formes d'économies rurales ?

Les initiatives mises en avant lors des trois webconférences organisées par Cap Rural en 2016 sont des expériences porteuses de nouvelles formes d’économies rurales ; elles pourraient être qualifiées d’économie circulaire pour certaines, d’économie collaborative pour d’autres. Ces nouvelles formes d’économies rurales permettent de créer de nouvelles activités (génératrices de revenus, d’emplois) dans un état d'esprit de liens avec les acteurs locaux, de réponse à des besoins des territoires et/ou de valorisation de ressources locales. Aussi, il semble intéressant de repérer en quoi elles confortent ou bousculent des éléments de la méthode de construction d’offres d’activités (COA).

La pratique du dialogue territorial dans les projets liés à l’eau et l’agriculture

La Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) organisait en 2016 une journée exploratoire sur la pratique du dialogue territorial pour éviter les blocages dans les projets liés à l’eau et l’agriculture. Les objectifs : mesurer l’apport du dialogue territorial dans la construction de projet de territoire et échanger entre néo-praticiens du dialogue territorial. Des actes ont été produits et sont en ligne, proposant des ressources (les quatre piliers méthodologiques du dialogue territorial, les différentes étapes) ainsi que des points d'alerte (distinction entre diagnostic et solutions, rôle de l'animateur, question de l’évaluation). On y trouve également le décryptage de trois initiatives.

Le guide PCAET : comprendre, construire et mettre en œuvre

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 consacre son titre 8 à "La transition énergétique dans les territoires" et confie l’élaboration et la mise en œuvre des plans climat aux EPCI de plus de 20 000 habitants. Et rien n’empêche les EPCI de moins de 20 000 habitants de mettre volontairement en place une stratégie et un programme d’actions climat-air-énergie en prenant appui sur la démarche PCAET. Car, pour l'ADEME qui publie un guide sur la mise en œuvre de ces plans : "une stratégie climat-air-énergie cohérente et ambitieuse est synonyme de développement économique, d’attractivité et de qualité de vie".

Mode projet avec équipes transversales, une réponse à la situation ?

Pour La Gazette, "la tradition administrative française a produit de grandes choses, mais montre ses limites avec la réduction des ressources et les blocages liés au fonctionnement en silo. Adopter une culture de la transversalité, travailler en mode projet redonne de l'élan". Dans un dossier de sept pages consacré au mode projet et à ses "gains" potentiels, l'hebdomadaire pointe encore l'intérêt de cette approche pour répondre aux appels à projets, et les difficultés de son application en fonction des différentes cultures entre les services d'une même structure ou entre structures. Ses limites sont également évoquées.

Nouveau guide : intégrer la santé et les usages dans les projets urbains communaux

L'Agence d'urbanisme et de développement intercommunal de l'agglomération rennaise, sollicitée par Rennes Métropole, a élaboré une démarche qui prend davantage en compte la santé dans les projets urbains. Un guide méthodologique en a été tiré, "qui permettra aux communes de traduire cette ambition dans la création ou l’amélioration d’espaces de ressourcement (place, square, espace vert, aire de jeux…) dans leur territoire. Cette méthode pragmatique, aborde le sujet par les usages pour mieux répondre aux besoins des habitants après une première approche géographique. L’organisation d’une consultation de la maîtrise d’usage permet d’aller plus loin dans la co-élaboration de ces espaces appropriés aux besoins locaux."

Outils et méthodes pour une gestion de projets collaboratifs en ligne

Quels outils collaboratifs de gestion de projets et quelle méthodologie ? C’est une double question essentielle pour les structures qui élaborent en ligne des projets. L'Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique (URFIST) de Bretagne et des Pays de la Loire met à disposition des ressources en ligne issues d'un stage intitulé "Utiliser des outils collaboratifs de gestion de projets". Ces ressources associent des aspects méthodologiques à mettre en place pour une gestion de projet en ligne réussie et fait un focus sur une sélection d’outils avec des tutoriels complets sur les solutions. L’URFIST présente également un large panorama de plus de 100 ressources sur les outils collaboratifs en ligne.

Partage d'expériences et d'information autour des points de vente collectifs de produits agricoles : communication, aménagement, services...

Depuis 2016, dans le cadre de ses actions en faveur du développement de la commercialisation collective en circuits-courts, l'association Trame organise des téléconférences (intitulées "Radio Points de Vente collectifs") qui proposent témoignages d’agriculteurs et avis d’experts sur un thème lié aux points de vente, dans un format inspiré d’une émission radio. Ces téléconférences s'adressent aux agriculteurs engagés dans des points de vente collectifs, aux porteurs de projets ainsi qu'aux agents de développement accompagnant des collectifs. Quatre émissions sont à réécouter ou à découvrir à travers des comptes-rendus.

Un guide pour mesurer l'impact d'un projet alimentaire

La Fondation Daniel & Nina Carasso publie un guide destiné à accompagner les porteurs de projets du secteur de l'alimentation durable dans l'évaluation de l'impact de leur projet. Il est le fruit d'un travail de recherche et d'expérimentation mené par le cabinet AO Consulting et Montpellier Sup'Agro en collaboration avec les neuf projets alimentaires innovants en France (dont La Biovallée dans la Drôme) et en Espagne, lauréats de l'appel à projets de la Fondation. Le guide propose une démarche en sept étapes et des outils pour évaluer les effets de son projet sur la durabilité du système alimentaire.