coopératives

17,7% de l'emploi privé rural relève de l'ESS

Un chiffre qui ressort d'une étude sur la place de l'ESS en milieu rural publiée en juillet 2019 dans le cadre du projet TRESSONS soutenu par le Réseau rural national et le FEADER. Pour l'Avise, cette étude "montre que l'ESS occupe une place plus importante dans l'économie des territoires ruraux que dans celles des zones urbaines et péri-urbaines, et que le nombre d'emplois dans l'ESS a augmenté depuis la crise économique de 2008 (+ 4,9% entre 2008 et 2015) contrairement au reste de l'économie (avec une baisse de 2,6% d'emplois dans le secteur privé hors ESS et une baisse de 8,4% dans l'emploi public)." On trouvera également dans le document des informations sur les caractéristiques spécifiques de l'emploi ESS en milieu rural, et notamment les secteurs d'activité dans lesquels elle est la plus présente, les caractéristiques et les conditions d'emploi, les profils des salariés.

Actes des assises prospectives du covoiturage "courte distance"

Les Assises Prospectives du Covoiturage étaient organisées fin 2018 par la métropole de Lyon, en partenariat avec Auvergne-Rhône-Alpes Énergie Environnement (AURA-EE), dans le cadre du programme européen COGO. Évènement national, il avait vocation à faire découvrir la richesse des expérimentations de covoiturage courte-distance et d'imaginer les modèles de demain. Des actes sont à présent en ligne. On y trouve des éléments sur les modèles économiques, les nouveaux modèles de gouvernance public-privé, la place à laisser/retirer à la technologie, des conseils pour massifier les usages, des exemples de solutions en milieu rural (Rezo Pouce, Ecosyst'M, Ptit Roger).

Agriculture : les formes sociétaires sont-elles encore adaptées ? La SCOP a-t-elle un avenir ?

L'atelier paysan se fait l'écho d'un rapport d'alternance intitulé "Le GAEC et la SCOP : en quoi ces modèles tendent à l'évolution de l'agriculture sociétaire de groupe française ?" Quelques éléments sur le statut de SCOP, encore peu utilisé en agriculture, interroge sa pertinence pour répondre aux enjeux de transmission et de diversification des fermes.

De plus en plus d'associations deviennent coopératives pour gagner en légitimité

De plus en plus d'associations choisissent le modèle coopératif (Scop ou SCIC), se transformant ainsi en entreprises appartenant à leurs salariés, notamment pour "disposer d'une gouvernance légitime et plus structurée" ou développer leurs activités commerciales, selon une étude de la Confédération générale des Scop. Entre 2012 et 2016, le nombre d'associations ayant choisi de se transformer en coopératives a ainsi augmenté de 46%. Elles totalisent 4 900 emplois et génèrent un chiffre d'affaires global de 217 millions €. Si ce changement de statut est constaté dans toute la France, Auvergne-Rhône-Alpes concentre 20,3% des effectifs des transformations d’association sous forme de coopérative.

Des agriculteurs créent de l'électricité avec du fromage

Chaque année, les 650 agriculteurs de la zone Beaufort (Savoie), réunis en sept coopératives, produisent 128 000 meules de ce fromage au lait de vache à pâte cuite, soit 5100 tonnes en 2015. Mais la production d'un kilo de Beaufort génère pas moins de neuf kilos de petit-lait (ou lactosérum, issu de la coagulation du lait), jusque-là transformés en poudre de lait à Verdun. Au prix de 800 000 km de transport par an, et de plus de 1000 tonnes équivalent carbone en émissions de gaz à effet de serre. Dans cette opération, les agriculteurs payaient les frais de transport mais gagnaient peu d'argent sur la revente du lactosérum. D'où l'idée de construire une usine à Albertville : celle-ci non seulement transforme le lactosérum en poudre de protéine (500 tonnes par an) mais elle produit aussi du beurre (300 tonnes), un fromage appelé la ricotte (40 tonnes) et de l'électricité.

Expérimentation en Isère de l'auto-stop organisé

Au sud de l'agglomération de Grenoble, le territoire rural de la Matheysine s'étend sur plus de 71 000 ha. Depuis fin 2018, une première expérimentation - en coordination avec la métropole grenobloise - y est menée. C'est la SCIC Rezo Pouce qui a été choisie pour jouer le rôle d'opérateur, proposant comme outils : site web cartographiant tous les arrêts, méthodes d'animation, supports de communication, administration générale des inscriptions et envoi des cartes d'adhérent. Deux axes de déplacement et 27 points de prise en charge y ont été sélectionnés. Sur son territoire, Grenoble-Alpes Métropole prend le relais pour implanter des points-stop pertinents et assurer les liaisons vers le plateau matheysin. Récit de l'expérimentation avec la Banque des Territoires.

Guide : financement par l'Union européenne pour les entreprises sociales et les organisations qui les soutiennent

Euclid Network, réseau européen des organisations de soutien aux entreprises sociales, publie un panorama des outils de financement européens identifiés comme pertinents pour les entreprises sociales, les organisations de la société civile et leurs structures de soutien : EaSI, COSME, FSE, Interreg Europe, Erasmus +, LIFE et Horizon 2020. Pour accéder aux fonds de l'UE, le guide livre également "conseils et astuces".

LAC48.COOP : premier exemple français de "SCIC de développement économique local"

Inspirés par le modèle québécois des sociétés de développement commercial, des acteurs d'un bassin de vie en Lozère (mairie, communauté de communes, Commerçants de France, Confédération Générale des SCOP, entreprises, associations, particuliers, chambres consulaires) ont inauguré en juin 2019 la SCIC LAC48.COOP. Celle-ci a pour objectif de maintenir les activités présentes et d'attirer de nouvelles entreprises et commerces, en développant des outils tels qu'un portail internet qui met en lien les acteurs du bassin de vie, valorise le territoire, diffuse l'information locale et génère des offres commerciales et de services de proximité.

Les Sociétés coopératives ont poursuivi leur développement en 2018

D'après la Confédération générale des SCOP, 2018 a été marquée par une croissance de l'emploi de 4,5 % dans les coopératives, un chiffre d'affaires en progression de 6,2 % et un développement du nombre de Sociétés coopératives de 3,8 % par rapport à l'année précédente, "confirmant ainsi la conciliation effective d'une performance économique et sociale de ce mode d'entreprendre". A noter, "la croissance soutenue du nombre de Sociétés coopératives d'intérêt collectif est une tendance qui s'affirme avec un taux de progression de 14 % en un an, soit 868 SCIC en 2018, soulignant ainsi leur capacité à répondre à des problématiques associant différentes parties prenantes publiques et privées".

Un exemple de dynamisation de la filière des métiers d’art dans l’esprit de l’ESS

Biot (10 200 habitants dans les Alpes-Maritimes) souhaite renforcer la présence des métiers d’art sur son territoire, qui compte actuellement une centaine de créateurs. C’est un moyen pour la commune de redynamiser son centre-ville et de renforcer son attrait touristique. Une association, préfiguration d'une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), a été montée, et sa première action a porté sur la commercialisation des œuvres : une boutique coopérative expose depuis le printemps 2017 une sélection de 26 créateurs locaux. La Gazette raconte comment un groupe d’élus, d’artisans d’art et d’artistes a créé ce projet, visant à terme la construction d'une maison des métiers d’art.

Une librairie transformée en Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC)

Lassés de voir fermer les commerces de leur centre-ville, les habitants et la mairie de Lafrançaise (3 000 habitants, dans le Tarn-et-Garonne) se sont associés en SCIC pour sauver la librairie de cette commune. "Un format confortable, déclare le maire à propos de la coopérative, qui permet d’allier public et privé, et de moduler l’aide au maintien des commerces, sans entrer dans de la concurrence déloyale". L'initiative porte ses fruits, selon le quotidien Libération qui en fait un reportage.

Une première coopérative d'habitants pour personnes vieillissantes en France

Basta Mag mène le reportage à "Chamarel-les-Barges", un immeuble de quatre étages à Vaulx-en-Velin (Rhône) où se sont installées 18 personnes de plus de 60 ans à l'été 2017. Histoire, fabrication et mode d'emploi d'une alternative à l'Ehpad où les loyers ne dépasseraient pas les prix du marché.

Une SCIC agricole dans une petite commune pour mobiliser autour du renouvellement des exploitants

Dans la commune d'Alloue (520 habitants, en Charente), beaucoup d'exploitants sont proches de la retraite, ce qui se solde très souvent par la disparition d'une exploitation, les terres libérées allant agrandir une exploitation existante. Ce qui ne favorise pas l'installation... Deux outils complémentaires d'accompagnement à l'installation ont alors été mis en place : une réserve foncière par la création d'une SCIC réunissant agriculteurs en activité et retraités, habitants, un syndicat agricole et la communauté de communes ; un accord avec une couveuse associative qui opère à l'échelle régionale (à noter : le bail avec la SCIC peut être rompu dès lors qu'un agriculteur en test souhaite s'installer durablement et louer directement les terres au propriétaire).

Une SCIC crée au village une radio, une épicerie coopérative, un bar, une micro-brasserie...

Le Champ Commun est un projet coopératif qui travaille "au développement d'une coopérative de services de proximité dans le village d'Augan" (1500 habitants, dans le Morbihan). A ce jour, le projet consiste en une radio, une alimentation générale (2000 références), un bar-café-concert, une activité de production de bières (15 000 litres/an). Selon les porteurs de projet, réunis dans une Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), la création de ces activités "se fonde sur la réappropriation de ces commerces de proximité, traditionnels et classiques, tout en proposant de les gérer collectivement avec et au service de la communauté". Côté locaux : rachat notamment du bâtiment de la poste à sa fermeture. Côté argent : Cigales et plateforme de financement participatif, peu de subvention. Et environs 150 coopérateurs dans la SCIC. Côté emploi : 8 salariés. Pour l'avenir : une auberge et une salle de formation à l’Économie Sociale et Solidaire.

Valoriser le foncier disponible avec les acteurs de l'ESS : un guide à l'usage des collectivités

Comment les collectivités peuvent-elles soutenir les acteurs de l'ESS dans l'implantation de leurs activités ? Comment les entreprises de l'ESS peuvent-elles de leur côté aider les collectivités à valoriser certains sites laissés vacants pour des raisons diverses ? C'est l'objet du guide sur "L'accès au foncier des acteurs de l'ESS", publié en 2019 par le Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES) en partenariat avec le CGET.