agro-alimentaire

"L'emploi progresse à nouveau, mais les inquiétudes demeurent"

Déclaration du Centre d'observation de la société qui présente, dans un très court article éclairant, les grandes tendances de l'emploi (emploi total et par secteur d'activité) depuis la fin du XIXe siècle. Si, depuis le milieu des années 2000, l'emploi total a recommencé à augmenter (l'emploi industriel et l'emploi agricole semblent avoir atteint un plancher ; l'activité reprend dans les services marchands ; la reprise est plus modeste dans le secteur des services non-marchands), une double inquiétude demeure cependant. "D'une part, celle de la durabilité de la reprise actuelle : le mouvement va-t-il venir se briser comme en 1983, 1993 ou 2008 sur une nouvelle récession ? (...) D'autre part, les nouveaux emplois sont souvent de moins bonne qualité, marqués notamment par la précarité et les bas salaires. Pourra-t-on parler de « plein emploi » avec des emplois qui ne rapportent plus guère ou très instables ?"

Consommation alimentaire post-COVID19 : faits marquants et scénarios

Dans le contexte de la crise sanitaire, FranceAgriMer a cherché à décrypter les comportements des consommateurs et des acteurs de la distribution, un travail à présent exposé dans une note. L'office agricole a également tenté d'en imaginer les issues possibles à travers des scénarios exposés dans un second document. "Ces scénarios ne sont pas des prédictions. Ils ne visent pas à deviner ce que seront nos comportements alimentaires ces prochaines années. Leur visée est plutôt d'interroger les conditions d'une permanence de certaines tendances qui ont émergé ou se sont largement renforcées lors du confinement de la population (comme l'aspiration au « manger français »), d'appréhender conjointement, et de manière cohérente, les multiples incertitudes qui présideront à l'installation dans la durée ou non de ces nouvelles tendances ou le « retour à la normale » pour d'autres (ex : la dynamique de croissance de la consommation hors domicile, cassée par la crise COVID), etc.(…) Prendre connaissance de ces informations et de ces scénarios et en débattre pourrait permettre aux décideurs des filières et aux acteurs publics d'identifier leurs marges de manœuvre pour infléchir le futur qui n'est jamais entièrement écrit."

Construire de nouvelles relations entre agriculture et intercommunalités

C'est le titre d'un dossier de Transrural initiatives, qui fait suite à une journée d'échange organisée par Cap Rural fin 2019 pour comprendre ces nouvelles relations à partir de stratégies agricoles locales portées par des intercommunalités. Le magazine revient sur le rôle croissant des intercos dans les questions agricoles puis zoome sur des expériences. D'abord la "stratégie de Valence Romans Agglo [qui] repose sur une charte construite avec les acteurs locaux de l'alimentation, l'agriculture et la forêt". Puis sur celle de Saint-Flour Communauté qui "soutient l'achat d'outils de transformation et de matériel pour les productions locales et à forte valeur ajoutée". Enfin sur la stratégie de la communauté de communes de la Vallée du Garon "en faveur d'une agriculture de qualité et résiliente" et sur celle du Pays Voironnais qui mène "une politique agricole et plurielle" depuis... 1973.

Espace ressources Alimentation & territoires

Cap Rural anime depuis 2017 un groupe de travail régional sur la mobilisation et la coopération entre acteurs pour des stratégies alimentaires de territoire (SAT).

A découvrir ici :

  • L’ensemble des ressources issues des travaux animés par Cap Rural
  • Des liens vers des travaux de partenaires ou autres structures ressources

Guide : développer sa stratégie d'adaptation au changement climatique à l'échelle d'une filière agroalimentaire

L'ADEME publie une étude exploratoire proposant une méthode à destination des acteurs des filières agroalimentaires pour leur prise en main de la question de l'adaptation du changement climatique à l'échelle de la filière. Cette méthode propose une démarche structurée en cinq étapes : préparer la réflexion collective, cartographier la filière, identifier les impacts du changement climatique, élaborer la stratégie d'adaptation, faciliter le passage à l'action. Le document présente également 10 fiches outils pour appuyer cette méthode.

Identité et diversité de l'agriculture en Auvergne-Rhône-Alpes

Dans un document synthétique, le Service régional de l'information statistique, économique et territoriale de la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) pose un regard croisé entre les 12 départements à travers vingt indicateurs répartis dans huit thématiques : territoire, exploitations, systèmes de production, démarches de valorisation, économie, forêt, agroalimentaire, enseignement agricole.

Impact de la transition agricole et alimentaire sur l'emploi

Cette transition a-t-elle un impact positif sur la création d'emploi dans les territoires ? Par quels mécanismes ou effets et dans quels secteurs des chaînes agricoles et alimentaires ? Quelles formes entrepreneuriales les porteurs de projet engagés dans cette transition privilégient-ils ? L'entreprise Terralim et l'association RESOLIS apportent des éléments de réponses et formulent des propositions pour favoriser l'accélération et la massification de la transition agricole et alimentaire.

La Provence cherche à relancer la production d'amandes

La France ne produit qu'une part très faible des amandes qu'elle consomme. En Provence, des entreprises utilisant l'amande pour l'alimentation ou la cosmétique sont en demande d'une production locale. Elles ont impulsé une réflexion sur la relance d'une filière locale et ont sollicité la Chambre régionale d'agriculture pour les accompagner. Le projet prévoit la plantation de 1000 ha de verger en cinq ans. Récit dans un article de Travaux & Innovations.

Les perspectives offertes par la blockchain en agriculture et agroalimentaire

Une note du Centre d'études et de prospectives du ministère de l'agriculture et de l'alimentation rappelle le principe et le fonctionnement de la technologie blockchain puis présente ses principales utilisations possibles dans les secteurs agricole et agroalimentaire, en s'appuyant sur des applications concrètes liées à la garantie de l'origine des produits. Enfin, elle fait le point sur ses limites et sur les débats qui l'entourent.

Mesures du Plan de relance pour l'agriculture, l'agroalimentaire, l'alimentation et à la forêt

Le Gouvernement a présenté le 3 septembre 2020 le plan de relance doté de 100 milliards € destiné au redressement de l'économie dans le cadre de la crise sanitaire. Ses trois priorités affichées sont : transition écologique, compétitivité et cohésion. Le plan de relance consacre 1,2 milliard € spécifiquement à la transition agricole, à l'alimentation et à la forêt, sur des ressources budgétaires entièrement nouvelles ; à cela s'ajoutent les mesures transversales du plan de relance dont bénéficieront les agriculteurs et les industries agroalimentaires, notamment celles portées par le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance et par le ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion. Un premier appel à projets "pour favoriser l'autonomie et la résilience de l'industrie française, dans lequel figure le secteur agroalimentaire", est déjà ouvert (candidature avant le 17 novembre).

Plan de relance : volet transition agricole, alimentation et forêt

1,2 milliard € sont spécifiquement dédiés aux secteurs agricole et agroalimentaire, auxquels s'ajoutent les mesures transversales du plan de relance dont bénéficieront les agriculteurs et les industries agroalimentaires. La DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes a publié le 9 décembre 2020 un document qui permet de s'y retrouver dans les 27 mesures différentes, qui se retrouvent soit dans des appels à projets nationaux, soit dans des cadres nationaux avec enveloppes régionales, soit enfin dans des dispositifs gérés en région.

Révision de la carte des ZDS : l'appui de Cap Rural en Drôme des Collines

La Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) Auvergne-Rhône-Alpes a sollicité Cap Rural pour apporter un appui méthodologique à une démarche d'animation territoriale menée avec la Direction Départementale des Territoires (DDT) et la Chambre d'Agriculture de la Drôme en Drôme des Collines. Cette démarche visait à accompagner les agriculteurs de ce territoire qui subissent une baisse de revenus en raison de la révision des Zones Défavorisées Simples. Elle a notamment abouti à l'édition d'une plaquette présentant des solutions.

Un PNR crée une nouvelle filière afin d'améliorer le revenu des agriculteurs

La création d'une filière d'élevage de porcs en plein air en 2018 est l'une des actions du PNR du Morvan pour aider à la diversification du revenu des agriculteurs, dont "la majorité est engagée dans le charolais maigre, très dépendant des marchés mondiaux qui rendent la production fragile". Dans un article de mars 2019, La Gazette raconte que "pour l'heure, une dizaine d'éleveurs ont déjà adhéré à la démarche "porc plein air du Morvan", qui leur permet de diversifier leur production quasiment sans surplus de travail." Et l'hebdomadaire de détailler cette action.